Aller au contenu | Aller au menu principal | Aller au sous menu | Aller au menu mairie | Aller aux liens divers | Aller à la recherche

Mairie D'ANCENIS-SAINT-GÉRÉON

Recherche

Menu principal

ACTUALITÉS

AccueilRestez informésActualités
Envoyer à un ami

Le bruit, un enjeu de santé publique

Publié le 5 octobre 2021
« La pollution sonore est un enjeu de santé publique ». Le constat dressé par le Conseil National du Bruit dans son dernier rapport est sans appel. Si les grandes agglomérations sont les plus impactées, toutes les communes sont concernées.

Le Conseil National a évalué le coût social du bruit. Les chiffres sont édifiants. Le coût est estimé à 155,7 milliards d’euros par an en France, la moitié étant due au trafic routier. Le bruit a donc de réelles conséquences sur la santé humaine.

Différentes réglementations existent pour lutter contre ce fléau et, en Loire-Atlantique, un arrêté préfectoral général définit les règles à observer. Celles-ci sont ensuite déclinées localement via des arrêtés municipaux.

LE TAPAGE PEUT AVOIR LIEU À TOUTE HEURE

À Ancenis-Saint-Géréon, la tonte de pelouses avec des appareils à moteur thermique et le bricolage bruyant sont par exemple interdits les dimanches et jours fériés. Plus généralement, comme dans toutes les communes de France, il y a tapage quand une gêne est occasionnée au voisinage.
Contrairement aux idées reçues, il n’y a juridiquement plus de distinction entre tapage nocturne et diurne. Il s’agit de troubles du voisinage. Un chien par exemple ne doit pas aboyer de manière continue que ce soit le jour ou la nuit. La police municipale et la gendarmerie peuvent être amenées à intervenir pour faire respecter la réglementation.

Reste que la première source de pollution sonore en France est liée au trafic routier. « Dans ce domaine, nous faisons beaucoup de prévention. C’est ce qui est le plus efficace » précise Gilles Rambault, adjoint à la tranquillité publique.
Lorsque la police municipale contrôle par exemple un deux-roues qui fait un bruit excessif, elle invite dans un premier temps le propriétaire à se mettre en conformité avec la réglementation. Elle lui demande de revenir présenter le véhicule remis aux normes et « dans 90 % des cas c’est fait » indique la police municipale. Les plus récalcitrants sont en revanche verbalisés. La lutte contre le bruit est donc un vrai enjeu de société. Ce n’est pas qu’une affaire de police car cela concerne tout le monde dans son comportement. La mairie prendra toute sa part dans ce défi mais elle appelle chaque habitante et chaque habitant à se montrer très vigilants sur cette nuisance.

Retour à la page précédente